SCPI fiscale : Comment ça marche ?

Les autorités proposent depuis plusieurs années déjà des outils efficaces afin de relancer le marché immobilier et la construction de logements. Le bénéfice fiscal permet aux particuliers d’obtenir une diminution d’impôts en fonction de la somme de leur investissement. Ceci leur donne l’opportunité de se bâtir un patrimoine avec un capital moindre.  

Les dispositifs permettant une défiscalisation sont nombreux. Chacun peut répondre à plusieurs problématiques. L’achat en direct contient des risques (hausse des charges, non paiement, travaux…) qu’un investisseur n’est pas forcément prêt à assumer. Dans un tel scénario, l’investissement en pierre papier peut être très intéressant.  

En effet, l’investissement en SCPI décharge l’investisseurs des responsabilités attachées à la gestion et autres tâches à assumer quand on devient propriétaire d’un actif immobilier. C’est pour combiner le bénéfice d’avoir une SCPI et le souhait de percevoir un avantage fiscal que les gestionnaires ont introduit les SCPI fiscales. Celles-ci utilisent les divers dispositifs proposés par l’État. 

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) sont des parts de parcs immobiliers dont la valeur varie facilement entre quelques millions d’euros à plusieurs milliards. Cette méthode d’investissement ne date pas d’hier puisqu’elle a été popularisée aux États unis pendant les années 60. Aujourd’hui, on compte près de 190 SCPI en France, elles sont toutes réglementées par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Le principe en lui-même est simple : au lieu de posséder la totalité d’un actif immobilier, les investisseurs possèdent, avec d’autres sociétés, une part du bien et en tirent des revenus. Dans le cas d’un immobilier de rendement, l’investisseur touchera les gains relatifs à sa cote part. Dans le cas de la SCPI fiscale, il s’agit tout simplement de la partie de défiscalisation qui leur revient. 

Les SCPI fiscales investissent ainsi dans des actifs éligibles à la diminution d’impôts. La procédure d’investissement est tout à fait similaire à celle que lance un particulier à travers le simple dispositif. En d’autres mots, la société de gestion fait l’acquisition du bien et le met en location pendant une durée spécifique (6, 9 ou 12 ans).

La réduction fiscale et immédiate à travers la SCPI 

Les dispositifs fiscaux offrent des diminutions d’impôts soit sur actifs neufs (VEFA) soit sur des biens à rénover (VIR). En conséquence, la diminution n’est pas immédiate et pourrait refroidir de nombreux aspirants investisseurs. À la place, les SCPI fiscales autorisent aux particuliers l’obtention d’une diminution fiscale dès son lancement. Elle est offerte en option au côté d’une diminution d’impôts sur leurs revenus de l’année N payable en N+1. L’investisseur promet donc de garder ses parts pendant toute la période de détention spécifiée par le dispositif de défiscalisation. Les actifs sont ensuite vendus après cette période de possession et de mise en location. Puis, la SCPI est dissoute et l’investisseur perçoit au prorata de ses parts les gains. Ainsi, les SCPI fiscales peuvent permettre l’obtention d’une plus value. Toutefois, ce n’est pas son objectif principal qui demeure la réduction d’impôts. 

Pour conclure, l’investissement en SCPI fiscale convient particulièrement à l’investisseur fortement imposé et qui cherche à investir dans l’immobilier sans pour autant chercher à le gérer.  Vous aimeriez en savoir davantage sur les SCPI fiscales disponibles sur le marché ? Le groupe Euodia est un cabinet d’experts qui se fera un plaisir de vous éclairer.