Le patrimoine immobilier français, une gestion juteuse pour l’État

gestion du patrimoine immobilier des français
Le patrimoine immobilier français, une gestion juteuse pour l’État

Depuis que l’immobilier français sort la tête de l’eau, le secteur n’a jamais été aussi dynamique. Aujourd’hui, il représente à lui seul 7.500 milliards d’euros sur les plus de 10.000 milliards que vaut le patrimoine des français. Avec un tel potentiel, l’immobilier représente une manne considérable pour l’Etat qui n’hésite pas à user de stratégies de séduction d’autant qu’il détient là, une excellente opportunité contre l’endettement.

Une politique de taxation presque obsessionnelle

Si vous êtes propriétaire immobilier, vous devriez savoir que votre propriété est l’un des meilleurs garants que détient aujourd’hui l’État pour régler ses dettes fiscales envers l’Union européenne. C’est ce qui fait du législateur français le plus taxateur en la matière à ce jour. Ce qu’on peut en dire, c’est que la liste est très longue :

  • TVA
  • Taxes d’aménagement
  • Taxe archéologique
  • Taxe d’habitation
  • Taxe foncière
  • Taxe sur revenus locatifs
  • plus-value immobilière
  • Les frais d’assiette et de recouvrement
  • Taxe sur les parkings
  • Etc.

Cet acharnement est fait aussi bien sur les ventes de biens immobiliers neufs que sur les biens anciens. Ces derniers sont en effet frappés de multiples taxes dont : les taxes de mutation, la taxe communale, la taxe département, etc.

Des taux impressionnants

La France s’est rendue maitre dans l’art de taxer ses concitoyens avec un taux de taxation qui atteint facilement les 27% contre 14.5% dans toute l’Europe. Il n’y a qu’à en juger par les différents taux pratiqués :

  • 20% pour la TVA contre 8% pour l’Italie et l’Espagne et 9% pour l’Allemagne et le Royaume-Uni ;
  • 27% pour la fiscalité sur le prix de vente d’un logement neuf ;
  • 20% pour la taxe communale sur le prix de vente d’un logement ancien ;
  • 6% pour la taxe départementale
  • 50% de prélèvement pour les frais d’assiette et de recouvrement ;

Nous devons cette envolée fulgurante des taxes à l’endettement. En effet, avec la réduction des dotations budgétaires des communes, celles-ci ont dû trouver des moyens de survivance, d’où l’augmentation des taxes locales. Ce qui fait que tout au long de la détention jusqu’à la revente d’un bien, le cumul des taxes qui frappent ledit bien et les revenus atteint des pics astronomiques.

À elle seule, la taxe foncière a connu une inflation de 21.26% en 5 ans, soit de 2008 à 2013 alors même que la hausse des prix de logement, elle, a été de 5.87% et celle des loyers de 7.05% sur la même période. Avec ces chiffres, la plupart des départements sont déjà au seuil d’inflation autorisé, faisant payer à chaque couple de français avec 2 enfants 2.5 fois de taxe qu’un couple anglais, 3 fois plus d’un couple allemand et 10 fois plus qu’un couple hollandais.

En somme, la gestion du patrimoine immobilier des français est une énorme vache à lait pour l’État. Avec les lois de défiscalisation, on est tenté de croire que l’État tend la perche aux français.

NOS NOTES ...
Notes
PARTAGER